Accueil | Articles | Tribunes | Nous sommes en guerre mais ils réclament la suppression des frontières

Nous sommes en guerre mais ils réclament la suppression des frontières

Tribune de Fabrice Robert sur le site Boulevard Voltaire.

Alors que la France est encore sous le choc des attentats islamistes qui ont frappé Paris, les immigrationnistes ne désarment pas.

Le 22 novembre, ils étaient plusieurs centaines à manifester pour réclamer la suppression des frontières et l’accueil massif de nouveaux immigrés clandestins sur le territoire national. Ce rassemblement venait, notamment, conclure la signature d’une lettre commune intitulée « Migrants bienvenus ».

Qu’il s’agisse du DAL, du NPA ou du syndicat SUD, ces organisations se sont transformées en bras mou de l’invasion programmée. Des slogans pro-migrants ont ainsi retenti sur le parvis de l’opéra Bastille, tandis qu’était déployée une grande banderole réclamant l’ouverture des frontières. Sur place, des clandestins applaudissaient sans être le moins du monde inquiétés. Puis, allant toujours plus loin, malgré la situation chaotique dans laquelle est plongé notre pays, les militants ont scandé « état d’urgence, état policier ! On ne nous enlèvera pas le droit de manifester ».

Aujourd’hui, des mesures radicales doivent être prises pour assurer la protection des citoyens européens. Surtout quand on sait que deux des trois kamikazes du Stade de France se sont fondus parmi les « migrants » pour venir perpétrer leurs crimes en France. Dans une interview accordée à Politico, le ministre hongrois Viktor Orbán tire la sonnette d’alarme en déclarant que « tous les terroristes sont fondamentalement des migrants ». Pour l’ancien diplomate Pierre Vimont, le lien entre terrorisme et immigration est désormais présent dans les esprits. Il était temps.

Les médias du système ont beau ânonner leur traditionnel récital « pasdamalgamesque ». Il faut être sacrément lobotomisé pour se convaincre que les noms Abdelhamid Abaaoud, Salah Abdeslam, Hasna Boulahcen, Bilal Hadfi ou encore Samy Amimour sonnent alsacien, breton ou picard. Non, l’immigration n’est pas une chance pour l’Europe. Oui, la société multiculturelle est bien avant tout une société multiconflictuelle. Aujourd’hui, nous sommes en guerre. Nous savons que l’ennemi peut frapper n’importe où, n’importe quand. Et malgré l’imminence du danger, les idiots utiles du terrorisme réclament encore moins de frontières. L’espace Schengen est déjà une véritable passoire pour djihadistes. Faut-il rester les bras croisés quand les bouées de sauvetage des « migrants » peuvent à tout moment se transformer en ceintures d’explosifs ?

Dans son « Appel à la résistance islamique mondiale », Abou Moussab al-Souri fait la promotion d’un djihad décentralisé qui s’appuierait sur des cellules clandestines et des loups solitaires. Le meilleur moyen, d’après lui, pour échapper à la surveillance des services de renseignement. Abou Moussab al-Souria, qui considère l’Europe comme une cible prioritaire, a prévenu : « L’ennemi est fort et puissant, nous sommes faibles et pauvres. La guerre sera longue. Notre seule voie est celle d’un djihad révolutionnaire au nom d’Allah. » L’objectif est de créer les conditions du chaos et de la guerre civile. Aujourd’hui, les écrits de cet idéologue sont sources d’inspiration pour les terroristes de l’État islamique.

Les immigrationnistes font le jeu de ceux qui espèrent mettre l’Europe à genoux. Pendant qu’ils rêvent d’un village mondial, d’autres se préparent au djihad global.

 

Dans la même catégorie

Cathédrale de Nantes : les catholiques méritent-ils ce qui leur arrive ?

Les trois départs de feux à la cathédrale de Nantes ont détruit entièrement un orgue du XVIIe siècle, fruit du travail d’artisan qui caractérise l’ingéniosité et la tension vers le Beau dans la civilisation européenne. Mépris incroyable à l’égard d’une foi...

Repentance et génuflexions : quoi que vous fassiez, ça ne sera jamais assez

L’hystérie qui se développe dans le sillage du mouvement Black Lives Matter ne semble connaître aucune limite. Même les plus consciencieux des activistes antiracistes ou pro-migrants peuvent à tout moment être accusés de racisme s’ils ont le malheur d’être blancs. Au...

La théorie du « privilège blanc » à l’assaut du pouvoir

Nouveau concept star des social justice warriors, le « privilège blanc » n’est pas qu’un gadget intellectuel à la mode. Cette idée gagne du terrain en France. La Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNDH), fondée en 1947 par le Français René...

Les trois leçons de l’affaire George Floyd

Personne n’ignore l’onde de choc mondiale causée par la mort de George Floyd, un Noir américain décédé dans le cadre d’une interpellation du policier Derek Chauvin. La polémique attisée par les marxistes culturels, les antifas, les social justice warriors, les...

La mémoire trafiquée de l’esclavage

La vague émotionnelle entourant le mouvement Black Lives Matter a tout dévasté sur son passage. La puissance de feu médiatique des ennemis de Donald Trump ne s’est une nouvelle fois pas démentie. Car il s’agit bien d’une campagne pour déstabiliser le président...

Les Croisés ont-ils précipité la chute de Constantinople ?

Il y a 567 ans, le 29 mai 1453, Constantinople, la capitale de l’Empire byzantin, tombait aux mains des Turcs ottomans. Quelles sont les causes de l’écroulement du dernier vestige de la Rome impériale ? « La prise de Constantinople en 1204 par les Croisés a affaibli...

Génération Identitaire lance l’alerte, Castaner contraint de sermonner les imams

Alors que la France n’en finit plus de compter ses morts, des musulmans profitent du confinement pour multiplier les provocations et occuper l’espace public. Les jeunes identitaires ne pouvaient pas les laisser faire sans réagir. Des appels à la prière islamique...

COVID-19, le monde d’après : frontières et relocalisations ?

Depuis qu’il déferle sur l’ensemble de la planète, le Coronavirus a étalé au grand jour les failles du système économique actuel. Cet événement inattendu démontre une fois de plus que « le sens de l’Histoire » n’existe pas. On ne pourra plus considérer la...