Accueil | Articles | Éditoriaux | Emmanuel Macron ou la culture de l’homme nomade

Emmanuel Macron ou la culture de l’homme nomade

Dimanche 23 avril, minuit. La fête bat son plein à la Rotonde, antichambre des hommes sans attache, citoyens d’un nouveau monde. Jacques Attali, le prédicateur du progressisme et de « l’homme nomade », concept notamment développé dans sa Brève histoire de l’avenir (2006), félicite son jeune poulain. Stéphane Bern, si apte à encenser et défendre l’Art de vivre à la Française – avec un certain talent de vulgarisation –  n’est, quant à lui, pas à une contradiction près. Après tout, des révolutions et des discours eschatologiques provenant d’hommes  de pouvoir, en France il y en a déjà eu. Mais étonnamment les présences de Prométhée- la Technique contre la Nature , de Robespierre – Tabula rasa – et d’Icare – l’Homme Nomade devrait faire attention à ses ailes –  n’ont pas été recensées par les médias. Il n’y a aucun doute que leurs esprits voguaient au dessus des convives, tout comme celui de Madame de Pompadour et son célèbre « après moi, le déluge ».

« il n’y a pas une culture française, il y a une culture en France et elle est diverse », ( Emmanuel Macron, Meeting de Lyon, 5 février 2017) . On pourrait croire cette citation issue du fameux ouvrage L’identité de la France de Fernand Braudel. Braudel aurait ajouté  « La France aura vécu sans fin, elle vit encore, entre le pluriel et le singulier : son pluriel, sa diversité vivace comme le chiendent ; son singulier, sa tendance à l’unité, à la fois spontanéité et volonté réfléchie, mais pas seulement volonté. » (L’identité de la France, tome 2)

Au sens anthropologique, d’après la définition officielle de l’UNESCO «  dans son sens le plus large, la culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. »

Or, Emmanuel Macron a dépassé cette définition. Pour lui, la culture n’est plus distinctive, elle est inclusive. Il n’y a plus des cultures qui définissent les sociétés, qui différencient « Nous et les Autres », mais bien une seule et même culture. Celle des privilégiés nomades, celle défendue par Jacques Attali. Le Nouveau Monde est celui des start-ups, de la démago-cratie californienne, des hubs d’aéroport tous identiques à Dubai, Francfort ou Singapour. Les privilégiés doivent pouvoir faire fructifier leur patrimoine, s’amuser, se sentir chez eux, aux 4 coins du globe. Il ne s’agit plus de multiculturalisme au sens mélange du terme, mais bien d’un uniculturalisme. L’étape d’après dans le processus d’uniformisation du monde par la globalisation. Cette uniformisation serait déclenchée par la caste des privilégiés, se déclarant de partout, donc de nulle part, contre tous ceux qui vivent et viennent de quelque part. Le nomadisme contre l’enracinement sédentaire.

Face à cette vision de l’avenir nomade, nous devons être animés par la « Révolution de la proximité », par la promotion et la défense de nos pratiques culturelles. La nature ayant horreur du vide, nous devons être des passeurs de flambeaux, transmettre notre plus longue mémoire, conscientiser les esprits. Comme tous nos ancêtres avant nous. Cette thématique de la culture enracinée est, dès lors, profondément politique. Il s’agit d’un enjeu majeur de civilisation. Lutter contre l’uniformisation des pratiques culturelles, c’est lutter pour la démondialisation et la défense de la polyphonie du monde.  Défendre nos particularismes culturels, sans cesse les pérenniser par la création et l’incarnation dans le présent, c’est se battre pour l’Identité, de nos régions, de nos nations, de l’Europe.

Guillaume Vingtras

Dans la même catégorie

Loi Avia : vers la censure totale ?

Depuis des années, les identitaires font face à une répression toujours plus féroce. Nos moyens d’expression sont massivement censurés. Nos moyens de paiement régulièrement fermés. La position dominante des grands réseaux sociaux leur donne un pouvoir démesuré. C’est...

Les 3 raisons de l’embrasement dans les banlieues

Samedi 18 avril à Villeneuve-la-Garenne, un multirécidiviste percute une voiture de police banalisée et se blesse à la jambe. Aussitôt, des rumeurs de « bavure policière » et de « jambe coupée » envahissent les réseaux sociaux avant d’être rapidement infirmées, comme...

L’histoire n’en a pas fini avec nous

La crise sanitaire engendrée par le Coronavirus frappe une Europe qui pensait être sortie de l’histoire. Face à une situation grave, l'état d'impréparation de nos élites politiques saute aux yeux. Comme si le pire n’était plus possible. Comme si la vie des sociétés...

Migrants et Turquie : renaissance d’une conscience européenne ?

Sur CNN Turquie, le ministre de l’Intérieur turc menace : « Le nombre de réfugiés qui traversent l’Europe va bientôt atteindre un million. Les gouvernements européens vont tomber, leurs économies seront déstabilisées et leurs bourses vont s’effondrer et ils ne...

Greta Thunberg ou la nouvelle éco-religion

Le nihilisme constitue le trait marquant de nos sociétés contemporaines. Envahi par le doute et privé de repères identitaires, moraux et spirituels, l’homme européen cherche à combler ce vide par toutes sortes de loisirs et d’excès destructeurs (drogues, sexe,...

Le néo-ottomanisme à l’assaut de l’Europe

Où s’arrêtera Erdogan ? Réislamisation d’un pays encore récemment fortement laïciste, interventionnisme militaire tous azimuts, ingérence en Europe à travers les populations turques qui y sont installées, celui qui se rêve sultan pose progressivement les jalons d’un...

La natalité, grande absente du débat sur la réforme des retraites

Depuis plusieurs semaines la France se déchire au sujet de la réforme des retraites proposée par le gouvernement Macron. Cette réforme, qui mêle fin des régimes spéciaux et allongement de la durée de cotisation –via un « âge d’équilibre », terme technocratique qui...

Réforme des retraites et dessous électoraux

Il est naïf de penser que la réforme des retraites vise à viabiliser le système de répartition sur le temps long. D’abord parce que toute réforme sociale sans mesures radicales sur l’immigration est une entreprise inconséquente par nature, que le projet concerne les...