PARTAGER

Depuis deux semaines, il tient bon. Malgré les pleurs des parents de victimes, malgré les pressions de très nombreuses personnalités et anonymes, il ne lâchera pas. Médine ne renoncera pas à son concert qui doit se tenir au Bataclan en octobre prochain. Alors que tout être normalement constitué aurait renoncé à la première supplique d’une famille de victimes des attaques islamistes du 13 novembre 2015, Médine, lui, ne lâche rien. Il crie, il hurle, il dénonce la « fachosphère » qui ment, qui propage des « fake news ». On l’aurait mal compris, il n’est pas du tout un islamiste qui s’apprête à profaner le lieu de mémoire qu’est devenu le Bataclan. On aurait sorti ses textes du fameux « contexte ».

Replaçons-nous dans le contexte, justement. En 2005, Médine sort un album intitulé Jihad, avec pour sous-titre cette maxime « Le plus grand combat est contre soi-même ». Ce qui n’est pas tout à fait évident à l’observateur distrait puisque la pochette de l’album représente un cimeterre, le sabre typique des sarrasins. En Europe, le combat intérieur se mène dans une retraite isolée ou au sein d’un monastère, mais rarement armé d’une épée à double-tranchant ou d’un casse-tête.

Ce sabre de Médine était-il le premier signe d’une radicalisation ou d’une « incompréhension culturelle » ? Les liens très étroits qu’il entretient avec l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), branche française des Frères Musulmans, organisation classée terroriste dans de nombreux pays, place Médine dans la première catégorie. Il a en effet participé plusieurs fois à des salons de l’UOIF, intervenant aux côtés de prédicateurs violents comme Hassan Iquioussen. Et surtout, il a été l’ambassadeur de l’association Havre de Savoir. Ce qu’il a étrangement nié quand les journalistes de Libération lui ont posé la question. « Le Havre de Savoir » se réclame de Youssef Al-Qaradawi, prédicateur égyptien visé par un mandat d’arrêt d’Interpol depuis 2014 pour « appel au meurtre », et qui justifie les violences conjugales et appelle au Djihad, pas « contre soi-même » cette fois mais contre les ennemis d’Allah. L’association fait aussi la promotion de Nabil Ennasri, un autre Frère musulman dont l’un des combats est la réhabilitation de Mohammed Merah, dont il réclame le respect de la présomption d’innocence… Et enfin, Médine affirme dans une vidéo que Moncef Zenati est son « professeur ». Or Zenati est connu pour être un des traducteurs d’Al-Qaradawi et d’Hassan Al-Banna, fondateur des Frères musulmans.

Une chanson de Médine dans laquelle il appelait à crucifier les laïcards a choqué de nombreuses personnalités de droite comme de gauche, qui en faisaient l’argument principal pour demander l’annulation du concert. Mais se contenter de cette phrase, c’est ne dénoncer que l’écume de la vague islamiste.

Car le plus grave n’est pas la phrase ambiguë, mais les liens qu’entretient Médine avec la confrérie des Frères musulmans, dont l’objectif principal est, excusez du peu, l’islamisation de l’Europe. Quelques brillants esprits de « droite », de ceux qui réfléchissent du haut de leur tour d’ivoire, ont tenté de s’acheter une bonne conscience en appelant à protéger la liberté artistique : « Si on censure Médine, alors demain on censurera aussi Zemmour et tous les autres ! » Mais il ne s’agit aucunement de censure. Il s’agit de respect. Du respect de nos morts, de ceux d’entre nous tombés sous les balles des islamistes. Imagine-t-on un concert d’hommage à Joseph Staline à Budapest ou à Prague ? Refuser ce concert, c’est simplement rappeler une vérité simple aux islamistes : vous n’avez pas encore gagné ! Cette terre est toujours la nôtre, vous ne pouvez pas cracher sur les mémoires de nos martyrs tranquillement.

Les islamistes ne comprennent que le rapport de force. Ils méprisent les larmes, comme celles des familles de victimes qui ont supplié Médine de renoncer à jouer au Bataclan. Comme toujours à travers l’histoire, ils se montrent forts avec les faibles et faibles avec les forts. Hé bien, engageons ce bras de fer ! Si nous refusions ce combat, alors demain nous accepterions le voile intégral (« Sinon, ils vont demander aux nonnes de se dévoiler ! »), l’appel du muezzin (« Sinon, ils vont exiger que les cloches ne sonnent plus ! »), la nourriture halal dans les cantines (« Sinon, ils vont exiger qu’on retire le poisson le vendredi ! »). A droite, certains valorisent le combat et le sacrifice, mais pour mieux ne jamais le pratiquer eux-mêmes : on s’y salit trop les mains. Les identitaires, au contraire, sont fiers d’être la première ligne de ce peuple et de tenter d’en être le phare dans la nuit que traverse l’Europe.

Les islamistes face à nous n’ont pas l’habitude de l’affrontement : depuis 40 ans, les pouvoirs publics les laissent faire. Or, nous, simples citoyens attachés à notre pays et à son identité, nous pouvons les faire reculer. C’est le début du combat politique : ça commence par Médine au Bataclan, ça peut finir par l’arrêt de la construction de la mosquée dans votre ville. Ne pas laisser faire Médine, c’est déjà défendre l’Europe et notre peuple.

Nicolas Dupré