PARTAGER

Le 29 juillet dernier, Adrien Pérez est poignardé à mort par deux racailles en Isère : les frères Younes et Yanis El Habib. Samedi dernier, nous étions 150 jeunes identitaires à demander justice pour Adrien devant le tribunal de Grenoble.

Encore une fois, c’est un jeune Français qui est mort pour « une cigarette refusée ou un regard de travers », comme nous le dénoncions déjà dans la Déclaration de Guerre de Génération identitaire en 2012. Quelques jours après, en Meurthe-et-Moselle, c’est un autre jeune homme fêtant ses 30 ans qui a été égorgé et qui se trouve aujourd’hui en état de mort cérébral. Dans les deux cas, les jeunes hommes ont payé de leur vie leur intervention pour protéger un ami ou une fiancée.

Un silence médiatique assourdissant entoure le meurtre d’Adrien Pérez. Lorsque l’on sait tout le raffut qui a été fait autour de l’affaire Théo, cette différence questionne sur l’émotion à géométrie variable qui règne au sein de la classe journalistique.

C’est sans doute que, contrairement à elle, nous nous sommes déjà tous interposés entre une racaille et sa proie. Nous savons très bien qui agresse qui dans la vraie vie. D’ailleurs, la mère d’Adrien Pérez l’a dit et les bien-pensants ne le supportent pas : « nos enfants se font assassiner et toujours par les mêmes ! »

Cette racaille nous la connaissons par cœur parce que nous avons grandi avec elle. Nous l’avons fréquentée, malgré nous, dans les collèges et les lycées, dans les transports en commun, ou bien le soir venu dans les fêtes où elle s’incruste et les rues qu’elle écume. Cette racaille, c’est celle qui parle toujours de respect, mais qui n’attaque jamais à moins de trois contre un, qui s’en prend aux plus faibles. Nous n’avons pas besoin de sociologues de seconde zone qui nous expliquent que Younes et Yanis avaient subi plusieurs difficultés sociales, des problèmes familiaux ou n’allaient plus à l’école. Les racailles n’ont pas besoin d’excuses, leur haine n’est pas la responsabilité de la société. Elles nous haïssent pour ce que nous sommes et notre vie n’a pas d’importance à leurs yeux.

C’est pour cette raison que depuis sa création, Génération Identitaire se présente comme un mouvement anti-racaille. Loin d’être un simple slogan, défendre les « gwers » ou les « babtous », comme ils nous appellent, constitue l’ADN même de notre mouvement de jeunesse.

Nous avons sécurisé des métros dans les grandes villes de France, nous avons donné des cours d’autodéfense gratuits, nous avons distribué des bombes lacrymogènes aux jeunes femmes lors d’actions de sensibilisation. Nous avons fait prendre conscience aux nôtres qu’ils pouvaient et avaient le droit de se défendre et d’être solidaires.

Chaque Français qui tombe ne doit surtout pas être oublié. Mais ces morts aussi tragiques et douloureuses soient-elles ne doivent pas uniquement laisser place à l’émotion légitime qu’elles provoquent. Comme le dit Gilles-William Goldnadel : « entre les marches blanches avec bougies victimaires et les saccages, il devrait désormais exister un juste milieu pour la juste colère. »

Cette colère est indispensable pour que notre peuple réapprenne à réagir en situation d’agression, réapprenne la solidarité et surtout tire les conclusions politiques de ces meurtres et de toutes les violences dont sont victimes aujourd’hui les jeunes Français.

Romain Espino