PARTAGER

À la fin du mois de juillet, la marque de vêtement « Gap » lançait sa nouvelle campagne publicitaire pour enfants. Elle met cette fois en scène une petite fille voilée qui a immédiatement créé une polémique, y compris jusque dans les rangs de la majorité présidentielle, le parti LREM d’Emmanuel Macron.

Cette affiche gêne en premier lieu les féministes. Comment une petite fille de 10 ans pourrait-elle avoir la liberté de porter le voile ? N’est-il pas le signe d’une assignation de genre, insupportable idée pour les progressistes ? Comment peut-on oser mettre en valeur une petite fille en hijab, alors que des femmes meurent en Iran pour obtenir le droit de l’enlever ?

La plupart de ces interrogations relèvent davantage de l’indignation, ce qui n’est qu’une posture et non un positionnement politique. Aucune analyse n’est faite afin de comprendre pourquoi une telle publicité peut voir le jour, et pour quelles raisons elle est condamnable.

Deux facteurs expliquent essentiellement les motivations de cette campagne. Tout d’abord, Gap n’en est pas à son coup d’essai : l’année dernière, la marque américaine provoquait déjà de nombreux débats en affichant une femme voilée sur ses vitrines. S’il est difficile de savoir si Gap fait sciemment le choix de la polémique afin de faire le buzz et augmenter ses ventes, il est en revanche indéniable que cette entreprise a choisi d’utiliser un marketing communautaire. Dans quel but ? La dimension idéologique est probablement secondaire. C’est avant tout parce que le marché des musulmans présents en Europe et en Occident est un marché en expansion, sur fond d’immigration massive et de natalité élevée. Contrairement aux fables décrivant le capitalisme comme l’instrument de la domination de l’homme blanc sur le monde, celui-ci ne recherche que le profit et la rentabilité, et fait donc logiquement fi de toutes les logiques ethniques. Si faire la promotion du voile engendre une augmentation du chiffre d’affaires, il n’y a aucune raison économique de s’en priver.

D’autre part, si une marque de vêtements aussi renommée peut se permettre une telle provocation, c’est parce que les défenses immunitaires de notre société ne sont pas assez fortes. Une grande partie de nos élites voient d’un bon œil l’islamisation, au nom de principes hypocrites éculés (humanisme et générosité affichée de façade), tandis qu’une grande partie de la classe politique y collabore activement, autant par lâcheté que par calcul électoral cynique. Au fond, Gap ne risque rien. Emmanuel Macron ne va pas procéder à des mesures de rétorsion économiques contre la marque, et il est assez compliqué de lancer une campagne de boycott d’ampleur à l’heure de la société liquide qui rend quasi impossible tout dépassement de l’individu isolé ne se préoccupant que de son intérêt propre .

Néanmoins, si les identitaires s’opposent également à cette campagne qui a pour effet de normaliser le voile – voire de le rendre fun et fashion – ce n’est pas au nom d’une idéologie féministe datée, ni de considérations ubuesques autour de la notion floue de « genre » ni non plus au nom d’un positionnement progressiste, paravent de toutes les idéologies de destruction des civilisations enracinées. Nous nous opposons au voile, non pas pour « libérer » les jeunes filles issues de familles musulmanes mais par volonté de lutter contre l’islamisation et l’islamisme. Ces codes vestimentaires et religieux, n’ont rien à faire en Europe. C’est au nom de notre identité, de notre culture et de nos traditions que nous nous opposons, que nous voulons rappeler et marquer tout ce qui nous distingue. Nous devons poser des limites, et l’interdiction du voile dans l’espace public (comme nous l’avions proposé dans l’ouvrage « 30 mesures pour une politique d’identité et de remigration ») en fait partie.

Enfin, le problème n’est pas tant cette campagne de Gap que les millions de musulmans présents en France et en Europe susceptibles d’acheter leurs produits. Encore une fois, « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. » Le plus sûr moyen de ne plus voir des grandes marques « draguer » ces segments de marché de la population, c’est de stopper l’immigration et d’engager la remigration, c’est-à-dire le retour dans leur pays d’origine d’une majorité d’extra-européens présents sur notre continent. La lutte pour la survie de notre civilisation n’est pas uniquement dirigée contre certaines manifestations visibles et bruyantes de la présence musulmane en Europe, mais aussi et avant tout contre sa cause.

Jérôme Barbet