PARTAGER

L’élection d’Emmanuel Macron a engendré un profond bouleversement du paysage politique traditionnel. Bien que bénéficiant du soutien de la quasi totalité des médias lors de sa campagne, le Président de la République s’est rapidement effondré dans les sondages. Malgré les éloges dithyrambiques de nombre d’éditorialistes, un divorce irrémédiable semble s’être produit avec le peuple français. Comment expliquer cette fracture ?

1. Un Président mal élu

La base électorale d’Emmanuel Macron est fragile. C’est le paradoxe de son élection à la présidence de la République. Il a certes obtenu 66 % des voix au second tour, mais c’est une victoire en trompe-l’œil. Car l’essentiel des suffrages qui se sont portés sur sa candidature procédaient d’un rejet de Marine Le Pen et non d’une adhésion à son projet. Il avait d’ailleurs recueilli seulement 17 % des voix des inscrits au premier tour. Plus de 8 Français sur 10 n’ont donc pas voté pour Emmanuel Macron. C’est le score le plus faible depuis 15 ans.

2. L’élection de 2017 : la grande méprise

Macron a été élu sur un malentendu. En se présentant comme « hors-système » (voire « anti-système »…) grâce à la complicité active des médias, il a fait croire aux Français qu’il allait rompre avec les 40 années de blocages, de léthargie et de pusillanimité. C’est aussi pour cette raison qu’il a été aussi long à dévoiler son programme, misant tout sur son image (jeune, séduisant et hors partis). Les électeurs ont cru qu’ils se débarrassaient de l’UMP et du PS alors qu’ils en ont propulsé la pire synthèse. Ils s’en sont très vite aperçus.

3. Une stratégie dangereuse

Notre système politique, comme toutes les démocraties européennes et occidentales, repose sur l’alternance. Macron a réussi à capitaliser sur la lassitude de ce match truqué (un coup on vote PS, un autre UMP, les deux partis faisant sensiblement la même politique) mais n’a fait que gagner du temps. Il essaye d’instaurer un nouveau clivage qui l’opposerait au RN en espérant bénéficier du même rejet de Marine Le Pen. Le jeu est dangereux. Tout système démocratique a besoin d’une alternance. En installant un duel avec le principal parti défendant des choix politiques « identitaires », il participe aussi à le légitimer. Il indique ainsi pour qui voter en cas d’insatisfaction de son mandat.

4. Un renouvellement mal maîtrisé

Pour donner corps à sa volonté de « rupture », Macron a souhaité renouveler la classe politique en balayant les vieux députés de l’UMP et du PS. Pour les élections législatives, il a ainsi donné l’investiture de son parti à de nombreux candidats issus de la société civile. Là encore, ce fut une victoire à la Pyrrhus. La République En Marche a certes obtenu la majorité absolue mais avec deux handicaps majeurs : une abstention record et des députés inexpérimentés. Ce cocktail explosif a affaibli considérablement le concept de « démocratie représentative », coupant encore un peu plus les élus du peuple. Avec le mouvement persistant des Gilets jaunes, nous sommes dorénavant au bord de la crise de régime.

5. Les contradictions de la Macronie

Enfin, tout le narratif de la macronie consiste à présenter une alternative implacable entre le Président d’une part, qui serait l’incarnation de la République et le sauveur de la démocratie et, d’autre part, les populistes, c’est-à-dire les partisans de l’arrêt de l’immigration et de l’enracinement. La mobilisation des Gilets jaunes a permis de mettre à jour ces contradictions. Leur première revendication est le référendum d’initiative populaire, soit la mise en place du procédé le plus démocratique. Et bien évidemment, le gouvernement ne veut pas en entendre parler, considérant à raison qu’un tel outil serait susceptible de détricoter toute ses mesures. De même, si l’on en croit les sondages qui vont systématiquement dans le même sens, l’arrêt de l’invasion migratoire ne serait qu’une formalité. Cela participerait aussi à inverser le récit des macronistes et rétablir la vérité : qui sont vraiment les défenseurs du peuple ? Qui sont les hypocrites et les menteurs ?

Jérôme Barbet