Accueil | Histoire | Les Croisés ont-ils précipité la chute de Constantinople ?

Les Croisés ont-ils précipité la chute de Constantinople ?

Il y a 567 ans, le 29 mai 1453, Constantinople, la capitale de l’Empire byzantin, tombait aux mains des Turcs ottomans. Quelles sont les causes de l’écroulement du dernier vestige de la Rome impériale ? « La prise de Constantinople en 1204 par les Croisés a affaibli l’Empire byzantin avant les Turcs ». Lors d’un débat sur France Inter, Natacha Polony opposait sa vision de la chute de la capitale byzantine à la thèse d’Éric Zemmour pour qui les croisades avaient sauvé l’Europe. Il défendait alors son dernier ouvrage dont un chapitre revenait sur ces événements historiques majeurs.

Vous prendrez bien encore un peu de repentance ?

L’argumentation de la rédactrice en chef de Marianne est particulièrement pernicieuse car elle ajoute à l’entreprise de culpabilisation visant les croisades. La gauche et les islamistes nous martelaient déjà que les croisades étaient une agression motivée par l’intolérance religieuse et la cupidité. Voici qu’elles auraient également causé la chute de l’Empire byzantin. Deux repentances pour le prix d’une !

L’agression turque est bien antérieure aux croisades

Il est pourtant aisé de constater que les attaques turques précèdent, et de loin, les événements de 1204. La défaite byzantine décisive de Manzikert a eu lieu le 26 août 1071. Elle a ouvert toute l’Anatolie à l’occupation des Turcs seldjoukides. En 1081, Nicée, ville importante située à 100 kilomètres de Constantinople, tombait. La situation était critique et l’Empire byzantin était à deux doigts de s’écrouler. À tel point que l’empereur Alexis Ier demande à plusieurs reprise l’aide du pape malgré le récent schisme de 1054 entre les Églises d’Orient et d’Occident.

Le pape répond à l’appel à l’aide de l’empereur byzantin

On présente souvent la libération des lieux saints comme le motif principal de la première croisade. Pourtant, dans son appel à la Croisade de 1095 à Clermont, Urbain II met surtout en avant la détresse des chrétiens d’Orient :

Il importe que, sans tarder, vous vous portiez au secours de vos frères qui habitent les pays d’Orient et qui déjà bien souvent ont réclamé votre aide.

En effet, comme la plupart d’entre vous le savent déjà, un peuple venu de Perse, les Turcs, a envahi leur pays. Ils se sont avancés jusqu’à la mer Méditerranée et plus précisément jusqu’à ce qu’on appelle le Bras Saint-Georges (aujourd’hui le Bosphore). Dans le pays de Romanie (territoire byzantin), ils s’étendent continuellement au détriment des terres des chrétiens, après avoir vaincu ceux-ci à sept reprises en leur faisant la guerre. Beaucoup sont tombés sous leurs coups ; beaucoup ont été réduits en esclavage. Ces Turcs détruisent les églises ; ils saccagent le royaume de Dieu.

Les victoires des Croisés sauvent Constantinople

En 1097, grâce à l’aide des Croisés, les Byzantins peuvent à nouveau hisser l’étendard impérial sur les remparts de Nicée. Cette première victoire fut suivie par un succès décisif des Croisés lors de la bataille de Dorylée la même année. La débâcle seldjoukide permet à Byzance de reprendre une partie des territoires anatoliens perdus à la suite de la bataille de Manzikert. Selon l’historien des croisades René Grousset qu’évoque Éric Zemmour, l’intervention des Croisés est déterminante :

Deux siècles d’hégémonie européenne en Asie découleront de cette constatation, imposée à l’Islam par la bataille du 1er juillet 1097, deux siècles durant lesquels l’avance turque reculera non seulement devant la reconquête latine en Syrie et en Palestine, mais même devant la reconquête byzantine en Anatolie. La prise de Constantinople par les Turcs, qui semblait à la veille de se produire dès 1081, quand un sultan turc et des émirs turcs campaient à Nicée et à Smyrne, reculera dans les lointains de 1453. Résultat plus important peut-être pour le salut de l’Europe que la délivrance même de Jérusalem.[1]

Éric Zemmour a par conséquent raison, les croisades ont permis d’arrêter net l’avancée inexorable des Turcs. De ce fait, elles ont non seulement sauvé Constantinople mais aussi l’Europe d’une invasion certaine. L’affirmation de Natacha Polony est donc hors de propos. Sans les Croisés, Constantinople serait probablement tombée bien avant 1204 entre les mains des Turcs. Pour autant, qu’est-ce qui explique la détérioration des relations entre les Croisés et les Byzantins ?

Comment expliquer les événements de 1204 ?

Dès le début de la première croisade et la prise de Nicée, un malentendu s’installa durablement entre les alliés croisés et byzantins. Les Byzantins imaginaient se servir des Croisés comme auxiliaires pour récupérer leurs villes et territoires perdus. Les Croisés désiraient que les Byzantins se joignent à leur lutte destinée à faire disparaitre définitivement la menace islamique. Au lieu de restituer les provinces reconquises sur les musulmans à l’empereur byzantin, les Croisés établirent des états latins indépendants en Terre sainte. Pour les Croisés, venir au secours des chrétiens d’Orient ne voulait pas nécessairement dire rétablir la souveraineté byzantine dans les anciennes possessions de l’empire. Les barons et chevaliers avaient sacrifié beaucoup pour venir guerroyer au bout du monde. Pourquoi les Byzantins devraient-ils obtenir le fruit de leurs efforts ? Auraient-ils eu seulement les moyens de résister aux ripostes turques et arabes ? Du point de vue des Croisés, il était clair que les Byzantins n’avaient plus les moyens militaires de leurs ambitions impériales.

Le massacre des Latins de Constantinople de 1182

Avec le développement des cités marchandes italiennes, le nombre de commerçants occidentaux n’a cessé de croitre dans la capitale byzantine. Les Amalfitains, les Génois, les Pisans et surtout les Vénitiens participèrent grandement à la protection et la prospérité de la ville et s’enrichirent conséquemment. Cela n’alla pas sans susciter des rancœurs dans la population. L’empereur joua fréquemment sur les rivalités entre les cités marchandes italiennes pour affermir son pouvoir. Résultat de ce jeu politique, les Vénitiens furent spoliés et expulsés en 1171. En 1182, à la suite d’une querelle de succession, 70 à 80 000 Génois et Pisans sont massacrés, victimes de la vindicte populaire. 2 000 à 4 000 survivants sont mêmes vendus aux Turcs comme esclaves[2]. Déjà perçu comme un allié peu sûr et faible, l’Empire byzantin dégradait encore son image en Occident.

Alliance de l’empereur byzantin avec Saladin, conflit avec Frédéric Barberousse

La troisième croisade est menée par le puissant empereur germanique, Frédéric Barberousse. Il avait pour but de reprendre Jérusalem, récemment tombée entre les mains de Saladin. Afin de s’assurer le passage du territoire byzantin par ses troupes, il conclut un accord avec l’empereur Isaac II en 1188. Mais peu après le départ de l’armée germanique, Isaac II change d’avis et signe avec Saladin un traité d’alliance par lequel il s’engage à détruire l’armée des Croisés. Selon l’historien anglais Edward Gibbon, l’empereur espérait ainsi la restitution du Saint-Sépulcre. Il finit par capituler en tout point face à Frédéric Barberousse et laisse finalement passer ses troupes. La nouvelle de la trahison d’Isaac II scandalise l’Occident et y renforce l’hypothèse selon laquelle l’empire Byzantin est le principal obstacle à la Croisade.

La dislocation de la quatrième croisade

L’histoire de la quatrième croisade est tortueuse. À l’origine, elle était destinée à conquérir l’Égypte. Plutôt que de s’attaquer frontalement à Jérusalem, le pape Innocent III préférait s’en prendre au cœur de l’empire Ayyoubide. La destruction de la plus grande puissance musulmane du moment était une précaution contre une éventuelle reconquête ultérieure de la ville sainte.

Seulement au moment du départ, les Croisés sont moins nombreux que prévu. Ils n’ont pas suffisamment d’argent pour payer le trajet aux Vénitiens chargés d’assurer leur transport. L’offre d’Alexis IV arrive donc à point nommé. Le fils de l’empereur évincé, Alexis II, leur propose un paiement, une aide militaire et logistique pour leur croisade et même de réunir les églises d’Orient et d’Occident. Il leur accordera tout cela s’ils l’aident à le mettre sur le trône byzantin.

En 1203, les Vénitiens et les Croisés entrent dans Constantinople. Alexis IV prend le pouvoir épaulé par son père Alexis II. Quand vient le moment du paiement, les coffres sont vides. Il refuse d’honorer sa dette. L’empereur adopte même une attitude hostile aux Croisés car la population lui reproche d’avoir été mis en place par des étrangers. Rien n’y fait et la rue porte au pouvoir Alexis V Doukas, ennemi déclaré des Latins. En 1204, les Occidentaux prennent à nouveau Constantinople et se livrent à deux jours de pillage pour s’assurer du paiement promis. Comme le projet d’un protectorat franc semble irréalisable au vu de l’aversion des Grecs pour celui-ci, l’Empire byzantin est démembré. Les Croisés et Vénitiens se le partagent. Un empire et des duchés latins sont fondés.

Cette création improvisée d’états latins au cœur de l’Empire byzantin était censée servir de base pour de futures croisades. Ce fut tout l’inverse. Elle engloutit les forces vives nécessaires à ces entreprises. Le pape Innocent III condamna fermement le détournement de son projet :

Voilà la Terre sainte, par le fait de votre départ, vidée d’hommes et de moyens de défense ! Les Sarrasins ont beau jeu maintenant, de violer la trêve ! Votre mission n’était pas de prendre Constantinople mais de protéger les débris du Royaume de Jérusalem et de recouvrer ce que l’on avait perdu !

Qu’est-ce qui explique l’effondrement byzantin ?

L’historien Alain Ducellier, spécialisé dans les études byzantines explique en quelques mots les raisons de la chute d’un empire qui n’a pas su s’adapter à son époque :

Il est trop facile d’attribuer au seul choc étranger la responsabilité d’un naufrage dont les causes restent surtout internes : en théorie, la Byzance du XIIIème siècle, recentrée sur le bassin égéen, et qui ne domine plus que des populations de langue grecque, aurait pu être le germe d’un État hellénique viable, à condition d’en accepter les limites politiques et culturelles. Mais l’idée romaine ne veut pas mourir, et c’est une politique impériale démesurée que Michel VIII (l’empereur byzantin qui reprend possession de Constantinople en 1261) impose à la nation grecque. […] Trop longtemps, Empire et orthodoxie ont coïncidé, en sorte que Constantinople n’arrive jamais à admettre que tous les chrétiens ne reconnaissent pas sa domination terrestre.[3]

Au moment des événements de 1204, chrétienté occidentale et orientale ne se comprenaient plus depuis bien longtemps. Des actes de franche hostilité furent commis des deux côtés. La méfiance et la suspicion sont allées grandissantes au cours des siècles. Attribuer une responsabilité morale aux Croisés et plus généralement à la chrétienté occidentale dans la chute de Constantinople en 1453 est injuste. Même après la crise majeure de 1204, les Occidentaux vinrent encore en aide à l’Empire byzantin. Ils répondirent à l’appel de l’empereur Manuel II qui leur demandait de repousser les Turcs au-delà du Bosphore. Malheureusement cette ultime croisade médiévale (s’il l’on excepte la bataille de Varna) échouera lors de la bataille de Nicopolis en 1396. La conscience européenne ne s’éteignit pas pour autant. Le royaume de France revint libérer les Grecs quatre siècles plus tard, lors de l’expédition de Morée.

Jean-David Cattin

Notes

[1] René Grousset de l’Académie française – Histoire des croisades – Tome III – 1188 – 1291, L’anarchie franque, Plon, 1936
[2] Alvise Zorzi – Histoire de Venise, Milan, éditions Perrin, 2005
[3] Alain Ducelier – Les Byzantins, Paris, éditions du Seuil, 1963

Illustration : Miniature illustrant le siège de Constantinople par les Croisés, d’après une édition de l’œuvre de Villehardouin datant du début du XIVe siècle.

Dans la même catégorie

Face à l’islamisme : le nécessaire retour du politique

Comment vider le politique de sa substance ? Faites preuve de fermeté face à des phénomènes que vous ne pouvez à vous seul résoudre, comme une pandémie ou le réchauffement climatique. Tout en restant laxiste sur des problèmes concrets contre lesquels vous pouvez agir...

Les frontières, seule solution à l’immigration-invasion

Par le Guatemala transitent les immigrés clandestins venus du Honduras et d’autres pays d’Amérique latine. Tous savent qu’une dernière étape les sépare de la Terre promise à la bannière étoilée : le Mexique. Celui-ci, gouverné par le démagogue Andrés López Manuel...

Identitaires, communautaires et séparatistes : l’affrontement

Le discours d’Emmanuel Macron pour annoncer le futur projet de loi contre le « séparatisme islamique » a été prononcé vendredi 2 octobre. Le projet de loi, quant à lui, sera présenté le 9 décembre en Conseil des ministres. Le Président évoque les « dérives »...

La « vague verte » ou la mort de l’écologie

Après l’entrée d’Europe-Ecologie-les Verts dans plusieurs équipes municipales, la « vague verte » est sur toutes les langues. Mais quelle écologie ? Julien Bayou, patron des Verts, se félicite d’avoir une mère maoïste et porteuse de valises pour le FLN algérien....

Dictature sanitaire ?

« Dictature sanitaire ». L’expression fleurit sur les réseaux sociaux et Internet, au sujet des mesures prises par le gouvernement dans le cadre de l’épidémie de Sras-Cov-2 (dite « Covid-19 »). Partout les mêmes témoignages : un jeune homme verbalisé par des policiers...

Centres commerciaux : l’esbroufe de Macron et la réponse identitaire

Emmanuel Macron a annoncé retenir l’une des propositions (sur les 149) de la Convention citoyenne sur le climat : la mise en œuvre d'un moratoire sur les zones commerciales en périphérie des villes ainsi que la sanctuarisation des espaces agricoles naturels et...

Le mythe de la tenaille identitaire et la réalité du sabre islamique

Qu’est-ce que la « tenaille identitaire » ? « Il y a une tenaille identitaire en France, comme dans tous les pays occidentaux. À une extrême droite populiste, qui n’a jamais été aussi forte et décidée à déstabiliser la société, répondent des courants de repli...

Cathédrale de Nantes : les catholiques méritent-ils ce qui leur arrive ?

Les trois départs de feux à la cathédrale de Nantes ont détruit entièrement un orgue du XVIIe siècle, fruit du travail d’artisan qui caractérise l’ingéniosité et la tension vers le Beau dans la civilisation européenne. Mépris incroyable à l’égard d’une foi...