Accueil | Immigration | La réponse cinglante de la France qui souffre à ceux qui voudraient la culpabiliser

La réponse cinglante de la France qui souffre à ceux qui voudraient la culpabiliser

Depuis quelques semaines, on entend moins les jérémiades du comité Adama et de leurs amis indigénistes. La manifestation place de la République le 13 juin est pour le moment leur dernier rassemblement d’ampleur. À n’en pas douter, l’action percutante de Génération Identitaire n’est pas étrangère à cette baisse de régime.

Elle a permis de mettre en lumière la haine des blancs qui motive bon nombre d’antiracistes. Mieux, grâce à un sondage qui lui a fait suite, elle a aussi permis de démontrer que le racisme antiblanc était une réalité pour 47 % de Français (17 % ne se prononcent pas). Après des semaines de matraquage médiatique sur l’existence d’un « racisme systémique » en France, ils sont seulement 30 % à y croire.

Comment s’en étonner dans un pays où la haine des blancs, de la civilisation européenne et de la France est le soubassement du terrorisme islamiste ? Comment s’en étonner dans un pays où la criminalité grandissante fait vivre aux Français un enfer quotidien ? Une situation dramatique dans laquelle l’accueil généreux et naïf de millions de non-Européens trouve évidemment son origine.

Dans les réactions qui ont fait suite au déploiement de la banderole « Justice pour les victimes du racisme antiblanc », on a pu percevoir un véritable sentiment de gratitude chez de très nombreux Français. Ils n’en pouvaient plus de subir insultes et calomnies de la part de ceux qui devraient en réalité leur montrer de la reconnaissance. L’action de Génération Identitaire fut la réponse cinglante de la France qui souffre à ceux qui voudraient une nouvelle fois la culpabiliser.

Ces différences majeures de perception sur un vivre-ensemble générateur de plus en plus de violences illustrent les profondes divisions identitaires en France. Des fractures bien trop marquées pour envisager les solutions dépassées que sont l’assimilation ou l’intégration. La remigration apparaît plus que jamais comme l’horizon vers lequel nous devons tendre pour pacifier la société française et les tensions qui portent en elle les germes d’une potentielle guerre civile.

Jean-David Cattin

Dans la même catégorie

Ce n’est pas le hasard qui a tué Axelle, Philippe, Thomas ou Mélanie

« Pas de récupération ! » C’est le mot d’ordre que l’on entend après chaque drame touchant un Français ou un Européen. Parfois, ce sont les parents des victimes eux-mêmes qui le répètent. Poussés par la pression sociale, les médias ou leurs idées politiques, « ils ne...

Rues débaptisées, histoire défigurée !

La réponse à Black Lives Matter, vient d’expliquer Emmanuel Macron, ne sera pas le déboulonnage : « Plutôt que de déboulonner, je vous propose de construire ». Cent noms de soldats africains ont été référencés par la secrétaire d’Etat aux Armées, Geneviève...

La réponse cinglante de la France qui souffre à ceux qui voudraient la culpabiliser

Depuis quelques semaines, on entend moins les jérémiades du comité Adama et de leurs amis indigénistes. La manifestation place de la République le 13 juin est pour le moment leur dernier rassemblement d’ampleur. À n’en pas douter, l’action percutante de Génération...

De SOS Racisme à la guerre ethnique

Brève histoire de l’antiracisme L’antiracisme des années 80 est bel et bien enterré. Pendant les années Mitterrand, SOS Racisme était conduit et mené par des gens, comme Harlem Désir, qui ne connaissaient ni la banlieue ni le contact violent avec la police....

Le grand effacement

La nature ayant horreur du vide, c’est parce que la France et les Français sont de moins en moins visibles que des minorités revendiquent toujours plus de visibilité. Car le grand remplacement se nourrit du grand effacement. Pour être supplanté, il faut être éclipsé....

Loi Avia : vers la censure totale ?

Depuis des années, les identitaires font face à une répression toujours plus féroce. Nos moyens d’expression sont massivement censurés. Nos moyens de paiement régulièrement fermés. La position dominante des grands réseaux sociaux leur donne un pouvoir démesuré. C’est...

Les 3 raisons de l’embrasement dans les banlieues

Samedi 18 avril à Villeneuve-la-Garenne, un multirécidiviste percute une voiture de police banalisée et se blesse à la jambe. Aussitôt, des rumeurs de « bavure policière » et de « jambe coupée » envahissent les réseaux sociaux avant d’être rapidement infirmées, comme...

En pleine pandémie, pour Médecins sans frontières c’est immigration d’abord !

Alors même que des hôpitaux dans toute l’Europe sont dans des situations critiques, l'ONG Médecins sans frontières a d’autres priorités. Elle brûle de retourner en Méditerranée aider les passeurs de migrants. Pour être libre de ses mouvements, MSF vient même de rompre...