Accueil | Politique | Pierre de Villiers, l’imposture

Pierre de Villiers, l’imposture

Depuis quelques mois, Pierre de Villiers semble être en pré-campagne : passages dans les grands médias, sortie de son livre L’équilibre est une force, déclarations solennelles sur l’état de la France… Toutes ces sorties médiatiques concourent à l’imaginer en candidat pour l’élection présidentielle de 2022. C’est une technique habituelle chez les outsiders : on se montre sur un coin de la scène, on réalise quelques démonstrations et on guette les retours de l’opinion publique avant de se positionner.

Le mythe de l’homme providentiel est incapacitant

Le relatif engouement autour de Pierre de Villiers s’explique par une tendance lourde dans l’histoire française : l’homme providentiel issu de l’armée. De Bonaparte au frère de Philippe de Villiers en passant par le général Boulanger, le Maréchal Pétain et Charles de Gaulle, le haut-gradé incarne un recours aux faiblesses de la démocratie parlementaire, paralysée par sa lenteur et ses querelles partisanes. Néanmoins, le mythe de l’homme providentiel est incapacitant. Il suscite une certaine paresse en faisant reposer l’essentiel du travail militant sur la figure du « sauveur », du « héros national ». Moyen bien pratique de se décharger de ses responsabilités sur autrui. D’autre part, si des hommes libres pouvaient surgir de l’armée il y a encore quelques décennies, on peine à trouver aujourd’hui des exemples semblables. En effet, le putsch d’Alger de 1961, au cours duquel des généraux ont occupé Alger pour garder l’Algérie à la France, est le chant du cygne d’une certaine conception de l’honneur. Depuis, l’armée a été épurée et aucune critique n’est jamais venue contredire des choix de politique étrangère parfois honteux.

Pierre de Villiers n’a jamais été courageux

Pierre de Villiers s’est toujours montré servile sur les théâtres d’opération les moins légitimes. Au Kosovo, la République a appuyé les islamistes albanais et créé un précédent qui justifierait l’indépendance de la Seine-Saint-Denis si la majorité musulmane venait à l’exiger. En Afghanistan, nos armées ont suivi les États-Unis sans bénéfice réel pour notre pays et contribué à relancer le trafic de drogue. En Libye, Nicolas Sarkozy a fait sauter le verrou Kadhafi et causé le chaos, créant une nouvelle route de l’immigration clandestine. Pierre de Villiers ne s’est jamais fait entendre à ces moments cruciaux, se contentant de déclarations indignes d’un chef d’armée : « Je rêve d’organiser un match de foot entre Serbes et Albanais. On va y arriver. Si on peut les réunir sur un terrain de football, alors c’est gagné. » Pierre de Villiers n’a jamais été courageux, pourquoi le serait-il maintenant ?

Le général déserte

En 2018, de Villiers rejoint la société de conseil en stratégie économique Boston Consulting Group, dont le siège social se trouve aux États-Unis. Passer du métier des armes à la finance – qui plus est au sein d’une firme étrangère – est un choix discutable. En effet, dans la mentalité traditionnelle, le chef militaire, comme le noble autrefois, après avoir servi la patrie (but le plus noble qui soit), ne peut servir l’argent. Imaginez l’un des lieutenants de Jeanne d’Arc, après la guerre de Cent ans, se retirer en Angleterre ou en Hollande pour faire du négoce…

Son programme, ce n’est pas d’envoyer l’armée dans les banlieues, mais plutôt de mettre les banlieues dans l’armée.

Fidèles à l’irénisme qui a caractérisé sa vision du Kosovo, Pierre de Villiers a déclaré : « Dans l’armée, on récupère des jeunes de banlieues et on en fait des héros en 6 mois ! » (RMC, 21/11/2018). Depuis 2018, il apporte son soutien au Rocher, association de soutien scolaire présente dans les cités à l’instar des écoles Espérance Banlieues. Si Pierre de Villiers demande l’application ferme de la loi en se présentant comme « un homme d’ordre », il estime par ailleurs que dans la gestion des banlieues immigrées, « il manque l’humanité, le respect, la considération, l’amour » (Le Figaro, 13/10/2020). Ainsi, tout se résumerait à « l’autorité » et au commandement, à « l’art du chef ». Il ignore ou fait mine d’ignorer que dans un nombre croissant de cités, ni la police, ni même les pompiers ne peuvent entrer, ces quartiers étant devenus la propriété des trafiquants de drogue et des islamistes. Aucune parole ferme ne fera changer la situation, les immigrés hostiles ou simplement indifférents aux lois de notre pays ont parfaitement conscience de la réalité du grand remplacement. Le compte à rebours démographique joue en leur faveur et ils le savent. Il est déjà trop tard pour envisager une « réconciliation ». En se faisant l’apôtre du vivre-ensemble, Pierre de Villiers a 50 ans de retard dans son analyse. La paix s’obtiendra par une séparation en bonne et due forme : la remigration.

Clément Martin

Illustration : Université d’Été de la Défense à l’Ecole polytechnique 2016 symbole copyright École polytechnique – J.Barande

Dans la même catégorie

Notre faiblesse ne justifie pas l’islamisme et le Grand Remplacement

Certains voient dans les attentats la sanction de nos faiblesses et de notre décadence. De la même manière, le Grand Remplacement ne serait que la conséquence de notre « grand effacement » intellectuel. Tenter de freiner le Grand Remplacement ou de lutter contre le...

Pierre de Villiers, l’imposture

Depuis quelques mois, Pierre de Villiers semble être en pré-campagne : passages dans les grands médias, sortie de son livre L’équilibre est une force, déclarations solennelles sur l’état de la France… Toutes ces sorties médiatiques concourent à l’imaginer en candidat...

Inséparables ?

Dans son discours de vendredi dernier, Emmanuel Macron a présenté sa « loi contre le séparatisme » qui doit être débattue au Parlement en décembre. Un texte présenté par le service communication du Président comme une réponse à « l’islamisme », mais dont l’intitulé se...

La « vague verte » ou la mort de l’écologie

Après l’entrée d’Europe-Ecologie-les Verts dans plusieurs équipes municipales, la « vague verte » est sur toutes les langues. Mais quelle écologie ? Julien Bayou, patron des Verts, se félicite d’avoir une mère maoïste et porteuse de valises pour le FLN algérien....

Pourquoi Trump peut encore gagner 

Il se manifeste à peine un peu plus de prudence que lors de la dernière élection présidentielle américaine. Pour autant, presque tous les analystes et journalistes français veulent croire à une défaite de Donald Trump. Mais pour qu’il y ait défaite du candidat...

Dictature sanitaire ?

« Dictature sanitaire ». L’expression fleurit sur les réseaux sociaux et Internet, au sujet des mesures prises par le gouvernement dans le cadre de l’épidémie de Sras-Cov-2 (dite « Covid-19 »). Partout les mêmes témoignages : un jeune homme verbalisé par des policiers...

Reconquérir notre territoire : la liberté par l’enracinement

Trois phénomènes récents et graves concourent à déposséder les Français de leurs villes. D’une part, la progression électorale d’EELV dans les villes, conséquence de la gentrification, soit l’embourgeoisement urbain aux dépens des classes moyennes intermédiaires et...

Montée des tensions avec la Turquie : prémices d’une Europe qui se défend ?

Les visées impérialistes de la Turquie d’Erdogan ne font plus de doute. Après avoir annexé une portion de la Syrie, envoyé des troupes en Libye, elle tente de s’accaparer des gisements pétroliers dans les eaux territoriales grecques et chypriotes. La transformation de...